Sürkrüt

Blog de l’atelier de Communication graphique de la HEAR

“Reading Andy Warhol” au Bandhorst Museum


Andy Warhol
Qu’Andy Warhol ait eu une pratique régulière du dessin en plus de ses productions artistiques principalement liées à la sérigraphie et au film cela ne nous surprend guère notamment depuis l’exposition de Bâle Warhol’s drawings (1942-1987) en 1998. Dès cette « révélation » de nombreux livres consacrés à cet aspect de son œuvre ont été édités* ; une nouvelle exposition de ses dessins se tient d’octobre 2013 à janvier 2014 à la Pinacothèque der Moderne à Munich, exposition assez conséquente puisque 300 dessins y figurent. Mais ce qui est plus étonnant c’est ce qui est montré dans une autre exposition montée en parallèle au Bandhorst Museum (à deux pas de la Pinacothèque der Moderne) : « Reading Andy Warhol ».Warhol a eu une passion pour les livres qui ne s’est jamais démentie ; elle fut déterminée et régulière avec une activité qui va de ses années d’étudiant dans les années 1940 jusqu’à sa mort en 1987.

C’est au cours de ses études au Carnagie Insitute of Technologie de Pittsburg qu’il perfectionne la technique du dessin tamponné (dessin sur du papier hydrofuge où il retrace les contours de ses dessins — effectués d’après des photos de magazines — à l’encre encore humide sur un papier absorbant qui ressemble à du buvard ; ce procédé enrichit son trait en lui donnant une texture proche de celle de monotypes). Il s’installe ensuite à New-York et sa première signature sous de nom de « Warhol » et non Warhola paraît dans des magazines comme Glamour, Vogue et Harper’s Bazaar.
Il ne se cache pas d’être dessinateur publicitaire contrairement à d’autres artistes. Comme jeune artiste dans les années cinquante, il créé de drôles de brochures qu’il distribue comme cadeaux promotionnels dans le monde qu’il fréquente alors, celui de la mode à New York. Les réalisations sont soignées mais peu luxueuses : impressions offset en une couleur, et dans ce cas l’impression sur papier teinté dans la masse, ou en 2 ou 3 couleurs ; les formats sont variables ; ils restent cependant de petite taille et le tirage souvent de l’ordre d’une centaine d’exemplaires.
Il faut peu de temps pour qu’il se fasse repérer par les professionnels et qu’il reçoive des commandes de grands éditeurs tels que Doubleday ou New Directions pour la conception de couvertures et d’illustrations de livres de cuisine ou de livres pour enfants. Il illustre les couvertures de romans célèbres comme « Le rouge et le noir » de Stendhal, « Manon Lescaut » de l’Abbé Prévost. Nous sommes dans les années soixante et Warhol est alors un illustrateur publicitaire connu.
Puis il connaît la gloire avec la Factory mais n’en délaisse pas pour autant l’édition : d’une part, il donne des sérigraphies et des photos pour leurs livres de poésie à des auteurs avec lesquels il est ami ; d’autre part avec d’autres artistes de la Factory, il continue à faire des ouvrages illustrés à l’aide de photographies et de matériaux de films créés sur place. Il entreprend également un travail d’écriture à partir d’enregistrements sur bande audio questionnant ainsi les limites d’une littérature conventionnelle.

La scénographie de cette exposition, respectant la chonologie des créations plonge les ouvrages dans l’obscurité ; les murs noirs sont animés par des reprises d’illustrations au trait ou des citations projetées en lumière par des gobos (plaque métallique, sur laquelle est découpé, le plus souvent au laser, un motif qui, placée devant un projecteur permet d’obtenir une image lumineuse du motif). Toute laconcentration peut donc être consacrée aux ouvrages exposés dans des vitrines sur pied et murales peu profondes laissant ainsi un rapport de proximité avec le visiteur/regardeur.

Andy Warhol’s Index (consultation en vidéo)

Andy Warhol Drawings His Early Pop-Art Drawings Published by Chronicle Books (Octobre 2012)

Andy Warhol: Drawings and Illustrations of the 1950s Ivan Vartanian (Février 2009)

From Silverpoint to Silver Screen: Andy Warhol 1950s Drawings James Hofmaier, Sydney Picasso et Daniel Blau (Novembre 2012)

Andy Warhol: Drawings 1942-1987 Mark Francis, Dieter Koepplin (Octobre 1999)

Andy Warhol: Strange World: Drawings 1948-1959

Paul Kasmin Gallery de Todd Alden (Janvier 2009)

Andy Warhol Men Alan Cumming et Andy Warhol (Octobre 2004)

 Andy Warhol: Private Drawings from the 1950s (Janvier 1999)

Catégorie: Observatoire | Laisser un commentaire


« Le Vie russe » de Guillaume Chauvin


Guillaume Chauvin est un ancien étudiant de l’atelier. Il vient de faire paraître aux éditions Allia un livre très intéressant.

gif_vie-russe-allia

Voici ce qu’en dit son éditeur : « Guillaume Chauvin est photographe indépendant, auteur d' »essais documentés ». Installé depuis 2012 entre France et Russie, il poursuit son travail de recherche, qu’il mène à la croisée des chemins entre journalisme et approche artistique. »

Et voici l’extrait que Guillaume envoie :

« L’avion se posa de nuit dans une ville où sautaient de petits feux d’artifice : Moscou. —– Au marché, un père tient à bout de bras son enfant pour qu’il se soulage, droit à l’horizontale dessus un trou du sol ; on dirait de loin qu’il tord un linge mouillé entre deux étals de baies. —– Un boui-boui vide comme du Dostoïevski encore chaud. —– Peu de mots pour commander les plats au gramme, saisir la soupe au poids. —– À Tioumen, une femme étend un tapis dans la neige et marche dessus en rond, à petits pas, longtemps. —– La Bolchevita. —– Un train très long semble partir très loin. Un moins long moins loin. —– Dans la rue glacée : des magasins chauds, dans les magasins chauds : des congélateurs froids, et dedans : du congelé à réchauffer ! —– L’église a une voix d’hommes. —– Irkoutsk : le soleil nous casse la gueule et le robinet du foyer fuit. Je le tourne pour avoir de l’eau mais rien n’en sort, même plus la fuite. —– Aux w.c. publics : bouche embuée, mains chaudes et bite froide. —– La cuillère vide est presque plus lourde que l’assiette pleine. —– On était bien : on n’attendait rien. »

Présentation :

Assiettes, chemins, boxeurs, phoques, filles, képis, calembours, voitures, croix, gosses, soupes, branches, flocons, jambes, soleils, citations, biscuits, chats, chiens, goudrons, flaques, herbes, dents, points d’exclamation…- que l’on voit et que l’on lit, et inversement, car bien que cloisonnés d’un bout à l’autre du livre, les textes et les images du Vie russe ne cessent de se contaminer. Ni livre photo ni journal de bord, mais plutôt enquête contemporaine ne cessant pas de s’arrêter, Le Vie Russe est le panoramique en 272 pages d’une année entre Moscou et Vladivostok, rythmée par une longue halte en Sibérie. La présence sur place de l’auteur, initialement prévue pour travailler la langue, tester ses stéréotypes et apprendre à boxer, est finalement devenue l’occasion de rapporter une représentation alternative, car « réaliste », de ce pays hôte… Sans contrainte artistique ou journalistique, l’auteur du Vie russe cumule les approches, proposant un diaporama kaléidoscopique basé sur l’expérience vécue du quotidien, montrant des gens, des zones, des politiques et les rapports obligés entre tous, à l’instar du « point de vue documenté » cher à Jean Vigo et Chris Marker. Le Vie russe n’est ni un outil de compréhension ni un outil de démystification. Son assemblage de photographies et de notes à la première personne, de fragments d’images multipliées par elles-mêmes, ne renforce ni de démonte les clichés occidentaux encore en cours, mais nous introduit à des étrangers qui n’en n’ont pas vraiment l’air, incitant le lecteur à ne pas réduire les Russes à la Russie, et inversement… Le Vie russe est un livre généreux, lourd et qui sent bon, que l’on a du mal à tenir entre ses mains, puisque mis au format du pays qu’il décrit, tout en caricatures et en surprises compatibles.

Comment se procurer Le Vie russe ?

En contactant directement l’auteur (sans hésiter à lui demander une dédicace !) : contact@guillaumechauvin.fr

Ou dans les bonnes librairies strasbourgeoises – diffusion nationale : avril 2014.
272 pages, format : 175 x 300 mm, prix: 19 €.

Catégorie: Observatoire | Laisser un commentaire


Paris Photo 2013


Le 14 novembre dernier, tous les élèves de la section Communication Graphique de la HEAR se sont donné rendez-vous à Paris à l’occasion de la semaine de la photo. Entre Paris Photo, FotoFever et Offprint, nous donnons à voir une sélection de photographies ou d’éditions qui nous ont marqués lors de ce week-end.

Valie Export, “Auflegung”, Autriche 1972.
Tirage argentique vintage, signé, daté, titré et tamponné par le photographe, 24000 €.

Voila la preuve que le “planking” existait déja bien avant qu’il devienne populaire !

http://www.planking.me

Richard Horvath

 

Photographie lambda print 37,5 x 50 cm (15 x 19,7 inch) Edition 8 + 2AP

Joakim Eneroth, “Swedish Red”, 2010.
Photographie lambda print, 37,5 x 50 cm, édition 8 + 2AP.

Benjamin Riollet

 

Silvermine, Thomas Sauvin

Thomas Sauvin, “Silvermine”.
Publié en édition limitée à 200 exemplaires par Archive of Modern Conflict (Londres), prix du livre Paris Photo !

Djelissa Latini

 

Janice Guy, Untitled, 1977. Paris Photo, 14 novembre 2013, Yancey Richardson Gallery (New York). À Paris-Photo on pouvait voir de nombreux visiteurs prendre en photo des photos (et réciproquement…).
Janice Guy, Untitled, 1977.Yancey Richardson Gallery, New York.

À Paris-Photo on pouvait voir de nombreux visiteurs prendre en photo des photos (et réciproquement…).

Jérôme Saint-Loubert Bié

 

Untitled Crowd #1 - From city of shadows series, 1992

Alexey Titarenko, “Untitled Crowd #1”, 1992.

Cette photo était aussi en petite taille, pour l’acheter moins cher.

Mathilde Andres

 

Robert Longo, Untitled (Men in the cities), 1976/2009

Robert Longo, “Untitled (Men in the cities)”, 1976/2009.

La photo, c’est chouette !

Clara Neumann

 

Les Panneaux, 2011 Xavier Dauny Sélection de 12 photographies de la série Les Panneaux 24,9 x 16,8 cm Edition 1/8

Xavier Dauny, “Les Panneaux”, 2011.
Sélection de 12 photographies de la série “Les Panneaux”. 24,9 x 16,8 cm.

 Juliette Dubus

 

"Death of Coltelli", 2009 Tom Hunter C type print Edition 3/5 122x152cm

Tom Hunter, “Death of Coltelli”, 2009.
C type print. Edition 3/5, 122x152cm.

Josué Greasslin

 

NASA - Gemini 4 - James Mc Divitt, "Ed White in Space", Juin 1965.  Daniel Blau Gallery (Londres, Munich). Des photos "ratées" vraiment pas communes...

NASA – Gemini 4 – James Mc Divitt, “Ed White in Space”, Juin 1965.
Daniel Blau Gallery, Londres, Munich.

Des photos “ratées” vraiment pas communes…

Erwan Coutellier

 

DSC_0187

Nobuyoshi Araki, “Past Tense”, 2012.

Florence Boudier

 

fusee

Ivan Mikhaylov, “Playground”, 2010.

“When I was a child I dreamed of being an astronaut. There was a rocket-shaped slide near my house. I often perched on it at night, gazed at stars, thought of distant planets and space adventures.”

http://ivanmikhaylov.com/photoalbums/20716

 Kenza Boukeroui

 

Sharon Core, 1905. 2012, 30x23

Sharon Core, “1905”, 2011.

De l’objet peint pris en photo, voilà une version florale d’Alexa Meade. Visiblement ce n’est toujours pas au goût du jour.

Hugo Haeffner

 

 

Bruce Lacey, Apollo, On the tenth anniversary of man's first landing on the moon Bruce Lacy celebrates the Apollo missions. London: The Acme Gallery, 1979

Bruce Lacey, “Apollo, On the tenth anniversary of man’s first landing on the moon Bruce Lacy celebrates the Apollo missions”, 1979.
The Acme Gallery, Londres.

Frankfürter.

Yohanna My Nguyen

 

L1100323

FUTURISM – DEPERO, Fortunato, “Dinamo-Azari. Depero-Futurista”,1927.

La photo d’un ouvrage mythique discrètement placé en bas de la vitrine d’un antiquaire…

En 2006 il était estimé chez Christie’s entre 9,470 et 15,152 $.

Philippe Delangle

 

Katy Grannan,"Anonymous" 2013 Paris Photo, 14 novembre 2013, Fraenkel Gallery (San Francisco)

Katy Grannan, “Anonymous”, 2013.
Fraenkel Gallery (San Francisco).

Clémentine Dean

 

Mel Bochner - Surface Dis/Tension 1968 gélatine d'argent imprimée sur aluminium

Mel Bochner, “Surface Dis/Tension”, 1968.
Gélatine d’argent imprimée sur aluminium.

Quentin Chastagnaret

 

Ferran Garcia Sevilla, "Movimients d'una càmera IV (camera movements)", 1973/2012, Majorque, 148x208cm Josué Greasslin

Ferran Garcia Sevilla, “Movimients d’una càmera IV (camera movements)”, 1973/2012.
 Majorque, 148x208cm.

Léna Robin

 

"Lara Dhondt, WANDERING OFF" édité par Art Paper Editions en 2013 Une édition présentant une sélection de photographies de Lara Dhondt, prises en 2012 et 2013. Mise en page par le studio Jurgen Maelfeyt.

Lara Dhondt, “Wandering Off”, édité par Art Paper Editions en 2013.

Une édition présentant une sélection de photographies de Lara Dhondt, prises en 2012 et 2013. Mise en page par le studio Jurgen Maelfeyt.

Zoé Quentel

 

Aurélien Mole

Aurélien Mole, “Tumblr”, 2013.

Tirage argentique d’après fichier numérique, encadrement avec découpe numérique du passe-partout, carte postale. 30x40cm.

D’autres compositions ici.

Magali Brueder

 

Capture d’écran 2013-12-13 à 16.48.17

Adam Broomberg et Oliver Chanarin, “Holy Bible”, 2013.
Edité par MACK, Londres.

Holy Bible est une vraie bible à tous les sens du terme ! Et un excellent point d’entrée vers l’énigmatique et fascinante Archive of Modern Conflit. Plus sur les auteurs et l’AMC

Alain Willaume

 

 Hans_Christian_Shink_Tōhoku

Hans-Christian Shink , »Tōhoku », 2012.

Photographie tirée d’une série re-présentant la région de Tōhoku au Japon, un an après le passage du tsunami.

Romain Goetz

 

Alex Prager, Crowd #3/8 (Pelican Beach), 2013. Tirage numérique 151x235,7 cm.

Alex Prager, “Crowd #3/8 (Pelican Beach)”, 2013.
Tirage numérique 151×235,7 cm.

Mise en scène à la plage.

www.alexprager.com

Estelle Bizet

 

Catégorie: Observatoire | Laisser un commentaire


Algerien/L’Algérie de Dirk Alvermann : un petit livre inconnu en France, et pour cause!


H3889-L18886641

 

Ce petit livre en format poche amorce l’exposition de la collection Protest Book de Martin Parr dans l’espace Livre ouvert de Paris-Photo au Grand Palais. Cet espace met à l’honneur chaque année un ouvrage culte ou un ensemble d’ouvrages pour découvrir ce champ spécifique d’expression de la photographie et cette année Protest Book se penche sur l’histoire du livre protestataire.

Algerien est un livre contre la guerre autant que contre la France ; il est conçu par sa petite taille pour passer de main en main, à la manière d’un tract. Sur près de deux cents pages plus de cent cinquante photographies en noir et blanc de gros plans, de zooms de la même photo, sans légendes ni commentaires, défilent sur le mode de plans-séquences dans l’esprit des films russes des années 1930. Autres influences notables : William Klein et le cinéma de la nouvelle vague française.

En 1957, Dirk Alvermann, jeune Allemand (de la République Fédérale d’Allemagne), âgé de 20 ans, photographie l’Algérie en guerre aussi bien aux côtés des combattants du FLN (Front de Libération National) dans ses rudes combats du début des années 1960 que les exactions des colons français. Ce qui peut s’avérer être un véritable exploit. À son retour, il imagine ce violent pamphlet en images pour démonter, point par point, la propagande française ; un éditeur de Hambourg accepte de publier l’ouvrage mais se rétracte rapidement afin de ne pas indisposer la France ; il est finalement édité en RDA en 1960, en format poche.

Dirk Alvermann tournera en parallèle un documentaire : Algerische Partisanen.
Depuis une trentaine d’années, il vit quasiment reclus en Mecklembourg-Poméranie-occidentale. Il n’apprécie pas la télévision et n’aime pas beaucoup parler de ses photos. Redécouvertes depuis peu, ses œuvres sont désormais re-publiées* et les collectionneurs s’arrachent ses ouvrages des années 1960.

*Algerien et Streiflichter, 1956-65 (composé de divers photo-reportages sur l’Espagne, l’Albanie, l’Italie et l’Angleterre), ont été réédités aux éditions Steidl en 2012.

Catégorie: Observatoire | Laisser un commentaire


Quinze magazines indépendants créés depuis 2000 : une exposition à la Haus der Kunst à Munich


L1090360

L’exposition Paper Weight. Stilbildende Magazine von 2000 bis heute propose une vision de l’édition indépendante de ce XXIe siècle avec quinze magazines créés depuis 2000. Chacun d’entre eux est indépendant et n’appartient à aucun grand groupe de presse ou d’édition. Souvent dirigés par de fortes personnalités, les magazines sélectionnés montrent un large panorama de sujets qui abordent l’architecture, l’art, le design, la mode, la nourriture, le sexe ou la politique culturelle : 032c, Plat, Bidoun, BUTT, Bonbon, Encens, EY ! Magateen, Fantastic Man, PIN-UP, Sang Bleu ou Toilet Paper. Leurs éditeurs ont voulu non seulement faire des objets culturels de leurs magazines, mais également provoquer un vrai changement culturel. L’exposition présente chaque magazine avec couverture en très grand format ou images multiples. Devant se placent des mises en scène (souvent avec des objets : animaux empaillés, fauteuils, vêtements, vases, lit, moniteur vidéo etc.) qui représentent ou symbolisent l’univers de chaque magazine. Organisée par Felix Burrichter, rédacteur en chef et directeur artistique de la revue d’architecture PIN-UP, cette exposition dont la scénographie est d’Andreas Angelidakis (artiste et architecte à Athènes) a eu lieu du 12 juillet au 27 octobre 2013 à la Haus der Kunst à Munich.

Catégorie: Observatoire | Laisser un commentaire