Sürkrüt

Blog de l’atelier de Communication graphique de la HEAR

À propos d’Ypsilon : les voix du livre, conférence de Pauline Nuñez


Affiche conçue et réalisée par So-Hyun Bae, Florian Fromager et Théophile Martin.

Affiche conçue et réalisée par So-Hyun Bae, Florian Fromager et Théophile Martin.

 

Assez discret depuis la Biennale de l’édition, c’est avec un nouvel évènement autour des livres – n’y voyez là aucune monomanie – que Sürkrüt se réveille. La maison d’édition Ypsilon viendra raconter dix ans d’expériences poétiques, politiques et typographiques à l’auditorium de la HEAR, jeudi 15 juin 2017.

Le temps d’une conférence Pauline Nuñez présentera 10 ans de création graphique en collaboration avec Ypsilon éditeur : soit 75 livres singuliers en six Coups de Dé thématiques, de Stéphane Mallarmé à Emily Dickinson en passant par Eric Gill et Kurt Schwitters en tentant de dire et montrer par le détail un dialogue possible entre littérature et typographie.

Pauline Nuñez est graphiste et typographe. Polygraphe à ses heures, elle enseigne et vit а Paris. Diplômée du DSAA création typographique de l’école Estienne, elle travaille depuis plusieurs années en indépendance avec le livre comme interlocuteur permanent.

À propos d’Ypsilon : les voix du livre

Auditorium de la HEAR
1 rue de l’Académie, Strasbourg
jeudi 15 juin 2017 à 18h.

Catégorie: Observatoire | Laisser un commentaire


La chose imprimée – conférence de Judith Poirier


Latitude, police de caractères modulaire en bois (alphabet romain et syllabaire inuktitut). Premier test d’impression, La chose imprimée, 2014.

Projet de recherche & création en design, La chose imprimée s’intéresse au livre en tant qu’espace d’expérimentation, à partir de thèmes tels que la tactilité, la lisibilité, l’abstraction, la manipulation et la collection. Présentation du processus et des résultats de ce projet qui a réuni chercheurs et étudiants dans une démarche plutôt rhizomique et interdisciplinaire. Judith Poirier, qui a aussi développé un procédé aléatoire d’animation en imprimant directement sur pellicule 35 mm avec une presse typographique, présentera quelques-uns de ses films pour conclure.

Judith Poirier (MA Royal College of Art, Londres) est professeure à l’École de design de l’Université du Québec à Montréal. Elle dirige le projet de recherche et de création La chose imprimée, qui s’intéresse aux qualités physiques du livre à l’ère numérique. Son travail se concentre principalement sur la typographie expérimentale et explore les rapports entre la page imprimée et l’écran de cinéma. Ses films ont été présentés dans de nombreux festivals internationaux et certains se sont distingués (Prix du meilleur film canadien 2013 et Mention honorable au Nashville Film Festival 2016). Ses livres ont reçu plusieurs mentions honorables au concours Excellence de la conception graphique du livre au Canada (société Alcuin) et en lice pour le Concours des plus beaux livres du monde à Leipzig.


Présentation de projets en recherche & création à l’Université du Québec à Montréal (UQAM)
Mercredi 29 mars 2017 à 18 h 00
Auditorium de la HEAR, Strasbourg
Entrée libre
lachoseimprimee.com
www.exemplaires2017.fr

Catégorie: Observatoire | Laisser un commentaire


20 000 Exemplaires


« Certains livres sont faits pour être lus, d’autres sont faits pour être vus. »

Partant de cette affirmation, des étudiants de l’atelier Didactique visuelle de la HEAR et du Master design de l’Université de Strasbourg ont analysé l’économie du livre et plus précisément l’édition à grand tirage, diffusée et vendue au plus grand nombre. En observant ses choix éditoriaux, ses mécanismes de diffusion et de vente, ses techniques de promotion, ses voies de légitimation ainsi que les motivations des lecteurs/acheteurs, ils ont abouti à plusieurs synthèses visuelles et en volumes, construites d’après des récoltes de chiffres analysés.


Les vies de papier / 3 : Les traductions vers le français
Un projet de Manon Galvier, Vinodhini Ramasamy-Nagarajan, Caroline Gauthier, Thomas Veniant, Julienne Richard (photographie par Manon Galvier).

Exposition conçue et réalisée par les étudiants de l’atelier Didactique visuelle de la HEAR et du Master design de l’Université de Strasbourg, grâce aux ateliers Livre et Sérigraphie de la HEAR, dans le cadre de la biennale Exemplaires 2017.

Erwan Astier, Coline Aubert, Antonia Chachuat, Tanguy Chêne, Guillaume Clausolles, Garance Coquart-Pocztar, Léon Delage, Armelle Exposito, Camille Fiore, Charles Froment, Manon Galvier, Caroline Gauthier, Elise Georges, Pierre-Baptiste Harrivelle, Lauriane Heim, Léa Klein, Léonie Koelsch, Claire Martha, Florine Millaire, Alice Noulin, Martial Obry, Charlotte Raffin, Vinodhini Ramasamy-Nagarajan, Julienne Richard, Perrine Schott, Michèle Stockhausen, Thomas Veniant, Manon Vonderscher – encadrés par : Sandra Chamaret, Vivien Philizot, Ju-Young Kim, Bernard Bleny, Philippe Riehling

Du 27 mars au 14 avril 2017
Vernissage le jeudi 30 marsà 12 h 00
Salle 27, Palais universitaire
Entrée libre
www.exemplaires2017.fr

Catégorie: Observatoire | Laisser un commentaire


Exemplaires, formes et pratiques de l’édition 2017 – Strasbourg


Le site de la biennale Exemplaires, formes et pratique de l’édition, organisée cette année par l’atelier de Communication graphique de la HEAR, est en ligne. Vous y trouverez le programme complet.

Le site a été réalisé par les étudiants de l’atelier Florian Fromager et Marianne Plano, encadrés par Loïc Horellou. Ont contribué à la conception de l’identité visuelle de la biennale : Marine Bigourie, Andréa Corvo, Pricilla Degardin, Laurianne Delaville De la Parra, Noémie Deslot, Lucile Martin, Théophile Martin, Lisa Pagès, Laura Richard, Elena Salougamian, Alix Sanchez et Caroline Sorin.

Si vous souhaitez assister à des conférences, pensez à vous inscrire en ligne. Complet.


Exemplaires, Formes et pratiques de l’édition
Strasboug, 30 mars – 30 avril 2017
www.exemplaires2017.fr
Inscriptions fermées (complet)

Catégorie: Observatoire | Laisser un commentaire


« Le bruit des bots », conférence de Marie Lechner


Les bots (abréviation de robots) sont de vieux compagnons du réseau internet. « Premières espèces indigènes du cyberespace », ces programmes sont affectés à toutes sortes de tâches qu’ils permettent d’automatiser. Qu’ils opèrent en coulisse ou réclament notre attention, ils ont colonisé une impressionnante variété d’environnements, des jeux vidéos aux applications de rencontre, de Twitter à Wikipédia, armée de l’ombre d’une société des données à la recherche de toujours plus d’efficacité. La communication tente d’en tracer une généalogie en se focalisant sur les plus humains des bots, ceux qui nous parlent. Ces « chatbots » font l’objet de tous les efforts des géants du web, convaincus qu’à l’avenir, les humains s’adresseront directement en langage naturel à des bots conversationnels qui les assisteront au quotidien, dans leur travail, leurs loisirs, voire leur vie sentimentale.

Marie Lechner est journaliste, spécialisée en arts et cultures numériques (Libération, Arte Creative,Le monde). Elle collabore au projet de recherche Haunted by Algorithms (Labex Arts H2H). Elle a également été co-commissaire des expositions Streaming Egos (NRW forum, Düsseldorf, 2016), Evil Clowns (Hartware MedienKunstVerein, Dortmund, 2015), Speed Show (Paris, 2010) et est l’auteur d’une conférence Supertalk « Le Wi-fi: de l’Antiquité à nos jours ».


Jeudi 2 mars 2017 – 18 h 00
Auditorium de la HEAR, Strasbourg

Catégorie: Observatoire | Laisser un commentaire