Sürkrüt

Blog de l’atelier de Communication graphique de la HEAR

Zurich/Lucerne


Jeudi 29 mars

Visite de l’exposition « 100 Years of Swiss Graphic Design » au Museum fur Gestaltung.

On retiendra notamment de cette exposition, la scénographie, alternant subtilement entre, d’un côté une chronologie du graphisme suisse, parcourant avec nous cette exposition et, de l’autre, des alcôves, abordant chacune un thème plus précis.

À quand une aussi grande et belle exposition consacrée au graphisme en France?

 

Vendredi 30 mars

Visite de l’atelier Raffinerie AG für Gestaltung.

Une présentation très intéressante de plusieurs ouvrages réalisés au sein de cet atelier. On ressort de ce lieu des idées pleins la tête… à suivre dans nos prochaines réalisations…

 

Vendredi 30 mars

Festival Fumetto

Agréable déambulation dans la ville de Lucerne, lors du festival Fumetto. On alterne entre visite de la ville d’un côté et découverte d’ateliers, d’artistes et de travaux de l’autre.

Catégorie: Observatoire | Laisser un commentaire


Tabloïd


D’après une chanson du groupe Crass, intitulée The feeding of the 5000, « Punk is dead »… pas si sûr !

En effet, nous vous prouvons aujourd’hui le contraire à travers cette revue unique, réalisée pour la présidence britannique du Conseil de l’Europe.

Cet ouvrage, publié à 700 exemplaires, donne un nouveau regard sur ce mouvement des années 1970 : le Punk aujourd’hui, à Strasbourg, à travers une nouvelle génération qu’est la notre.

Magazine à se procurer de toute urgence parce que, comme le chante le groupe The Exploited,  « Punk’s not dead ».

Voir en vidéo

Catégorie: Laboratoire | Laisser un commentaire


Raffinerie AG für Gestaltung


 

Zurich
30/03/2012

Après quelques détours dans la ville de Zurich, nous arrivons finalement à la Raffinerie où Christian Haas nous attend de pied ferme. Le groupe au complet, il nous souhaite gentiment la bienvenue et nous présente l’atelier. L’endroit est spacieux, sur deux étages,   parfait pour les seize graphistes qui y travaillent ; de grands murs sont consacrés
à l’accrochage des travaux en cours, et quelques personnes travaillent, concentrées, derrière leurs écrans.

À l’étage, dans la salle de réunion, Christian Haas nous présente de nombreux livres, des programmations culturelles, les projets phares de l’atelier. On retiendra notamment leur travail pour le Burg theatre, le Theaterhaus Gessnerallee, et Freitag avec ce magnifique livre réalisé uniquement en typographie.

merci à Christian Haas

Catégorie: Notes de voyage, Observatoire | Laisser un commentaire


Atelier Prill Vieceli Cremers


Lessingstr. 11
CH – 8002 Zürich

Caché sous un pont et bercé par les klaxons suisses de la grande route qui nous passe au dessus de la tête, nous arrivons à l’atelier de Tania Prill et Alberto Vieceli.

À la queue-leu-leu nous montons un premier escalier, et le ton est donné. Nous nous retrouvons dans une micro salle d’attente vert fluo puis un deuxième escalier en métal nous amène cette fois-ci dans le hangar de l’atelier : un fourre-tout jonché de matelas et autres cagettes fantaisies. Ces détails peuvent sembler anodins, mais il me semble important de les relever pour vous imprégner de l’ambiance. Tania Prill nous accueille chaleureusement, et nous ouvre la porte du studio. Une grande table blanche nous y attend, avec de l’eau et des petits cookies, une gentille attention. Alberto est à son poste et nous salue de loin, c’est Tania Prill qui s’occupera de nous.

La graphiste Tania Prill, originaire de Brême, vit à Zurich depuis 20 ans et fut anciennement mariée au professeur, graphiste et typographe Hans-Rudolf Lutz (décédé en 1998). C’est d’ailleurs à travers lui qu’elle va introduire sa présentation, en nous laissant voir quelques uns des fabuleux livres qu’il réalisa au cours de sa carrière. Le premier qu’elle nous montre s’intitule Ausbildung in typografischer Gestaltung. Un pavé de 258 pages, édité en 1996. La couverture est froissée, c’est du calque et elle nous explique que son mari aimait les matières manipulables et dégradables. Lutz disait qu’un livre était fait pour être utilisé, et ce genre de papier fragile reflétait à merveille l’utilité et l’usage de l’objet. Ce livre renferme plus de 20 années à enseigner la typographie et à l’analyser sous ses formes les plus diverses. Ce dernier se plaisait à publier le travail de ses étudiants. C’était un homme généreux souligna Tania. Ainsi on retrouvera des traces de ses apprentis dans ses différents ouvrages. Le second livre qui nous est présenté est l’ouvrage Typoundso avec une fois de plus un choix particulier pour la couverture : un papier à effet miroir. Ce livre explore le contexte didactique et social de la typographie, il fut conçu dans la continuité d’Ausbildung in typografischer Gestaltung.

Moins solennellement, Tania sort d’un placard une pile de magazines intitulés Typografie dont Lutz a assuré la direction artistique de douze numéros, pour lesquels il a habilement détourné les couvertures de magazines célèbres, tel Playboy, démontrant ainsi que la forme visuelle est perçue avant le contenu textuel. Vient alors le tour d’un des livres qui nous a peut-être le plus marqués, nous, génération assoiffée de marques, et fascinée par sa florissante collection de logos et enseignes en tous genres. Si Die Hieroglyphen von Heute pouvait se retrouver dans la bibliothèque de notre école, nous serions plus que ravis ! Lutz était un fin collectionneur et s’interessait tout particulièrement aux techniques d’impressions. On retrouve dans le livre My Edmonton Journal, la reproduction d’un journal dans laquelle seuls les images et éléments graphiques ont été conservés. L’auteur laisse ainsi la part belle aux « informations non-verbales », comme il les qualifie et questionne la façon dont nous « lisons » les images sans contexte, ni information, ni légende. Un remarquable travail de découpage et de collage qui mérite bien une ola. Suite à cela, c’est l’ouvrage 1979 qui s’ouvre à nous, encore une passion pour la récolte, le découpage et l’univers du journal quotidien. Le principe est le suivant : chaque jour de l’année Lutz choisit une page d’un quotidien, et la reproduit, il entaille ensuite dans chaque page selectionnée un rectangle de 10 x 15 mm. L’assemblage de ces pages forme alors le Volume 1. Ces bouts d’images découpés sont par la suite agrandis au format 208 x 294 mm dans le Volume 2, de sorte à donner un nouveau sens et une nouvelle dimension à l’information, exclusivement graphique cette fois-ci, dû à l’agrandissement de la trame. Dans la continuité de ce travail sur les phénomènes visuels, Tania nous montre une série de posters, représentant chacun un point de trame agrandit au maximum. L’ensemble forme alors une collection de « tâches » abstraites, et détachées de tout sens informatif. Le processus de ce projet met en lumière l’attachement pour la question de la fabrication que possédait Hans Rudolf Lutz.

Place au présent, Tania nous parle de sa rencontre avec Alberto, lors d’un dîner organisé par Lutz. Le premier livre que le studio a réalisé se révèle tout aussi intéressant que les découvertes précédentes.

Textile of India (qui reçoit le Prix des plus beaux livres suisses 2002) est un recueil photographique sobre et intelligent du cheminement de création d’une collection en Inde. Les photographies sont organisées chronologiquement, selon le processus de fabrication des tissus. Les clichés en noir et blanc se déploient le long d’une reliure japonaise, et un fin bandeau, clin d’œil au textile, vient envelopper le livre.

Un énorme livre, plus familier pour certains qui l’ont manipulé lors de la réalisation de Tabloïd (revue sur le punk réalisée par les 4e années en graphisme cette année) débarque sur la table. C’est Hot Love, un livre sur le punk suisse. Associant grosse trame, grille volontairement absente, typographie bancale et faible résolution assumée, l’objet fait pourtant preuve d’une réelle finesse, tant par le choix de ses images que par sa mise en page quasiment tout en noir et blanc. Le thème est réinterprété avec brillo. On aimerait encore boire les paroles de Tania et se gaver de livres mais l’heure tourne, et une nouvelle aventure suisse nous attend. Nous quittons l’atelier, avec une folle envie de produire.

Merci à Tania et Alberto, mais aussi à Hans Rudolf Lutz.

Verlag Hans Rudolf Lutz

Prill Vieceli Cremers

Catégorie: Notes de voyage, Observatoire | Laisser un commentaire


Conférence de Charles Mazé à Nancy le 18 novembre 2011 (Lettres Types)


Après avoir obtenu un diplôme d’arts plastique à l’Université Rennes 2 et un DNSEP à l’ESAD Strabourg et suite à un stage chez B+P Typefoundry, Charles Mazé (1982) choisit d’intégrer la formation Type & Media de la Royal Academy of Arts (KABK) de la Haye (Pays-Bas).
Se définissant comme un designer graphique plutôt qu’un typographe, Charles Mazé s’occupe néanmoins plutôt du versant typographique des projets de commande qu’il réalise avec Colline Sunier (cataloged.cc, Bruxelles), pour lesquels il aime créer une typographie exclusive, ce qui lui permet de “diminuer le champ des possibles et éviter de se perdre dans un flot de typos”. (suite…)

Catégorie: Observatoire | Laisser un commentaire