Sürkrüt

Blog de l’atelier de Communication graphique de la HEAR

Atelier Prill Vieceli Cremers


Lessingstr. 11
CH – 8002 Zürich

Caché sous un pont et bercé par les klaxons suisses de la grande route qui nous passe au dessus de la tête, nous arrivons à l’atelier de Tania Prill et Alberto Vieceli.

À la queue-leu-leu nous montons un premier escalier, et le ton est donné. Nous nous retrouvons dans une micro salle d’attente vert fluo puis un deuxième escalier en métal nous amène cette fois-ci dans le hangar de l’atelier : un fourre-tout jonché de matelas et autres cagettes fantaisies. Ces détails peuvent sembler anodins, mais il me semble important de les relever pour vous imprégner de l’ambiance. Tania Prill nous accueille chaleureusement, et nous ouvre la porte du studio. Une grande table blanche nous y attend, avec de l’eau et des petits cookies, une gentille attention. Alberto est à son poste et nous salue de loin, c’est Tania Prill qui s’occupera de nous.

La graphiste Tania Prill, originaire de Brême, vit à Zurich depuis 20 ans et fut anciennement mariée au professeur, graphiste et typographe Hans-Rudolf Lutz (décédé en 1998). C’est d’ailleurs à travers lui qu’elle va introduire sa présentation, en nous laissant voir quelques uns des fabuleux livres qu’il réalisa au cours de sa carrière. Le premier qu’elle nous montre s’intitule Ausbildung in typografischer Gestaltung. Un pavé de 258 pages, édité en 1996. La couverture est froissée, c’est du calque et elle nous explique que son mari aimait les matières manipulables et dégradables. Lutz disait qu’un livre était fait pour être utilisé, et ce genre de papier fragile reflétait à merveille l’utilité et l’usage de l’objet. Ce livre renferme plus de 20 années à enseigner la typographie et à l’analyser sous ses formes les plus diverses. Ce dernier se plaisait à publier le travail de ses étudiants. C’était un homme généreux souligna Tania. Ainsi on retrouvera des traces de ses apprentis dans ses différents ouvrages. Le second livre qui nous est présenté est l’ouvrage Typoundso avec une fois de plus un choix particulier pour la couverture : un papier à effet miroir. Ce livre explore le contexte didactique et social de la typographie, il fut conçu dans la continuité d’Ausbildung in typografischer Gestaltung.

Moins solennellement, Tania sort d’un placard une pile de magazines intitulés Typografie dont Lutz a assuré la direction artistique de douze numéros, pour lesquels il a habilement détourné les couvertures de magazines célèbres, tel Playboy, démontrant ainsi que la forme visuelle est perçue avant le contenu textuel. Vient alors le tour d’un des livres qui nous a peut-être le plus marqués, nous, génération assoiffée de marques, et fascinée par sa florissante collection de logos et enseignes en tous genres. Si Die Hieroglyphen von Heute pouvait se retrouver dans la bibliothèque de notre école, nous serions plus que ravis ! Lutz était un fin collectionneur et s’interessait tout particulièrement aux techniques d’impressions. On retrouve dans le livre My Edmonton Journal, la reproduction d’un journal dans laquelle seuls les images et éléments graphiques ont été conservés. L’auteur laisse ainsi la part belle aux « informations non-verbales », comme il les qualifie et questionne la façon dont nous « lisons » les images sans contexte, ni information, ni légende. Un remarquable travail de découpage et de collage qui mérite bien une ola. Suite à cela, c’est l’ouvrage 1979 qui s’ouvre à nous, encore une passion pour la récolte, le découpage et l’univers du journal quotidien. Le principe est le suivant : chaque jour de l’année Lutz choisit une page d’un quotidien, et la reproduit, il entaille ensuite dans chaque page selectionnée un rectangle de 10 x 15 mm. L’assemblage de ces pages forme alors le Volume 1. Ces bouts d’images découpés sont par la suite agrandis au format 208 x 294 mm dans le Volume 2, de sorte à donner un nouveau sens et une nouvelle dimension à l’information, exclusivement graphique cette fois-ci, dû à l’agrandissement de la trame. Dans la continuité de ce travail sur les phénomènes visuels, Tania nous montre une série de posters, représentant chacun un point de trame agrandit au maximum. L’ensemble forme alors une collection de « tâches » abstraites, et détachées de tout sens informatif. Le processus de ce projet met en lumière l’attachement pour la question de la fabrication que possédait Hans Rudolf Lutz.

Place au présent, Tania nous parle de sa rencontre avec Alberto, lors d’un dîner organisé par Lutz. Le premier livre que le studio a réalisé se révèle tout aussi intéressant que les découvertes précédentes.

Textile of India (qui reçoit le Prix des plus beaux livres suisses 2002) est un recueil photographique sobre et intelligent du cheminement de création d’une collection en Inde. Les photographies sont organisées chronologiquement, selon le processus de fabrication des tissus. Les clichés en noir et blanc se déploient le long d’une reliure japonaise, et un fin bandeau, clin d’œil au textile, vient envelopper le livre.

Un énorme livre, plus familier pour certains qui l’ont manipulé lors de la réalisation de Tabloïd (revue sur le punk réalisée par les 4e années en graphisme cette année) débarque sur la table. C’est Hot Love, un livre sur le punk suisse. Associant grosse trame, grille volontairement absente, typographie bancale et faible résolution assumée, l’objet fait pourtant preuve d’une réelle finesse, tant par le choix de ses images que par sa mise en page quasiment tout en noir et blanc. Le thème est réinterprété avec brillo. On aimerait encore boire les paroles de Tania et se gaver de livres mais l’heure tourne, et une nouvelle aventure suisse nous attend. Nous quittons l’atelier, avec une folle envie de produire.

Merci à Tania et Alberto, mais aussi à Hans Rudolf Lutz.

Verlag Hans Rudolf Lutz

Prill Vieceli Cremers

Catégorie: Notes de voyage, Observatoire | Laisser un commentaire


Conférence de Charles Mazé à Nancy le 18 novembre 2011 (Lettres Types)


Après avoir obtenu un diplôme d’arts plastique à l’Université Rennes 2 et un DNSEP à l’ESAD Strabourg et suite à un stage chez B+P Typefoundry, Charles Mazé (1982) choisit d’intégrer la formation Type & Media de la Royal Academy of Arts (KABK) de la Haye (Pays-Bas).
Se définissant comme un designer graphique plutôt qu’un typographe, Charles Mazé s’occupe néanmoins plutôt du versant typographique des projets de commande qu’il réalise avec Colline Sunier (cataloged.cc, Bruxelles), pour lesquels il aime créer une typographie exclusive, ce qui lui permet de “diminuer le champ des possibles et éviter de se perdre dans un flot de typos”. (suite…)

Catégorie: Observatoire | Laisser un commentaire


Lettres Type : conférences & table ronde


Table ronde

Le 18 novembre dernier, à l’occasion de l’exposition Lettre Type, une journée de conférences suivies d’une table ronde s’est tenue à l’École nationale supérieure d’art de Nancy. Armés de nos carnets de notes, d’un appareil photo et d’un enregistreur, nous — quatre étudiants en 3e année de communication graphique — y sommes allés pour vous, contre vents et marrées et autres gorges enrouées. Nous avons donc assisté successivement aux présentations de Charles Mazé, d’Amélie Bonet, et du collectif Akatre, le tout orchestré par Jean-Baptiste Levée, également commissaire de l’exposition.

  1. Intro + Charles Mazé (download)
  2. Amélie Bonet (download)
  3. Akatre + Questions (download)
  4. Table ronde 1/2 (download)
  5. Table ronde 2/2 (download)

Si l’on ne peut pas dire que l’événement ait attiré beaucoup de monde, on retiendra tout de même la belle initiative de proposer ce genre de rencontres en petit comité entre professionnels et étudiants hors de la capitale. On en redemande !

Catégorie: Observatoire | Laisser un commentaire


Multitouch Barcelona


Entre expérimentations artistiques et créations interactives

Multitouch Barcelona est un collectif de jeunes designers interactifs espagnols. Suite à leurs études universitaires, pour la plupart écourtées, ils se regroupent au sein de cette formation afin de mener à bien des projets et expérimentations personnels. Leur travail est intimement lié aux nouvelles technologies et à l’interaction : étant d’une génération entourée de virtuel, de simulation, leurs projets interrogent sans cesse la relation entre l’Homme et la Technologie.

Le collectif a débuté suite à un projet universitaire de diplôme de fin d’année. Leurs premiers pas furent avec un prototype de table multitactile qui donnera son appellation à la formation. Leur début coïncida avec ce qu’ils appellent la “révolution de l’interaction” : l’avènement de produits sur le marché tel que la Wii, l’Iphone, la Microsoft Surface ; ces objets novateurs qui allaient changer radicalement nos habitudes, notre relation avec la technologie.
Le design interactif est en effet ce qui les passionne dans la technologie actuelle en raison de sa capacité à faire communiquer les gens entre eux, à les amuser, à leur faire découvrir par eux même, à les pousser à créer, à agir. Ils sont fascinés par l’émotion, les attitudes, les gestes, les sentiments que peuvent faire émerger ces projets au sein de leur public.
L’expérimentation que propose leur travail est également au cœur de leur processus de création : travailler sur une idée qu’ils ne savent pas encore comment réaliser est pour eux l’occasion de découvrir et d’apprendre tout en créant de nouveaux procédés, de nouvelles installations. Le choix de projets artistiques “expérimentaux” leur permet de chercher de nouveaux moyens de réaliser, de mixer les techniques et d’adapter la technologie à leur projet, jamais l’inverse. La technologie est selon eux un outil, non pas une fin en soi pour donner à voir du spectaculaire, elle doit être prise au sérieux et expérimentée dans l’infini de ses possibilités. Leur attrait pour l’interaction n’est pas strictement lié à la technologie mais plutôt à la réalité actuelle dans laquelle le virtuel joue un rôle clé dans nos vies.

Multitouch Barcelona explore donc la communication, la relation, le lien naturel entre l’humain et les nouvelles technologies. Ils créent des expériences qui mélangent réalité et virtuel dans un environnement toujours créatif où le public est invité à toucher, jouer, bouger, créer, ressentir.

• Multitouch Crayon Physics

Multitouch Crayon Physics est un projet qui tente d’aller plus loin dans l’utilisation
de l’écran multi-tactile en créant une nouvelle manière de communiquer avec la technologie, un technologie plus proche du public.

• Hi, a real human interface

Ce projet interactif met en scène la technologie, l’ordinateur, à travers une métaphore humaine poétique et sensible. Le réel remplace le virtuel. Le collectif nous propose d’expérimenter une technologie plus humaine, qui fait écho à notre vie quotidienne.

• Space Invaders XL

• Guten touch, Red Bull Music Academy

Inspirations, références du collectif :

• U.V.A (united visual artists)
• Universal Everything
• Tangible Interaction
• Theo Watson
 • Zach Lieberman

Lien : Multitouch Barcelona

 

Catégorie: Notes sur le design interactif, Observatoire | Laisser un commentaire


Le clip interactif


Au vu de l’évolution actuelle de l’industrie du disque et de la musique en général, les artistes ont bien compris que la promotion devait se faire en premier lieu sur internet. Les clips interactifs sont les témoins d’une véritable prise de conscience de la part des artistes pour promouvoir leur musique. Il s’agit de savoir tirer parti de la diffusion de masse des vidéos sur des sites comme youtube, jusqu’à l‘arrivée de nouvelles innovations comme le html5. Mais bien plus qu’une simple vidéo sur youtube, le clip interactif permet à l’internaute de ne plus être passif face à la musique. Il est immergé dans une expérience nouvelle, personnalisée, où il a un rôle à jouer. On n’écoute plus seulement la musique, on la regarde et on intervient dessus également. Cette nouvelle génération de clip crée une valeur ajoutée au morceau, il permet d’être présent sur la toile, de créer un véritable buzz autour de la musique.

L’un des premiers clips interactifs est Neon bible du groupe canadien Arcade fire, sorti en 2007. Ce clip marque une claire évolution des tendances du marketing musical. Réalisé en Flash par le designer montréalais Vincent Morisset, le clip figure, sur fond noir, le visage et les mains de Win Butler que le visiteur peut manipuler. La création est simple mais réussie.

http://www.beonlineb.com/

Le groupe canadien récidive en 2010 avec la création d’un site en html5, The Wilderness Downtown, pour la promotion de leur single We Used To Wait. Pour ce projet, les Arcade Fire se sont associés à Google et à son moteur de recherche Google Chrome. Avant le lancement du clip, l’internaute est invité à entrer l’adresse du lieu où il vivait étant petit. Puis de multiples fenêtres s’ouvrent et se ferment au rythme de la musique, montrant des vues aériennes ou rapprochées du lieu choisi grâce à google maps et street view. Ainsi, l’internaute se perd dans un voyage faisant appel à ses souvenirs d’enfance, ce qui crée une sorte de lien affectif avec le single.

www.thewildernessdowntown.com

Human Highway ont quant à eux fait appel au producteur Olivier Groulx pour la création du clip de leur single Moody Motorcycle. Dans leur clip, l’internaute peut modifier le mixage des différentes pistes audio en déplaçant les éléments de l’animation qui recréent un visage (yeux, bouche, nez, oreilles). En bougeant l’oreille droite on augmente le volume sonore par exemple. Ici, l’internaute devient presque créateur de la musique puisqu’en modifiant le visuel il modifie aussi le rendu sonore.

www.moodymotorcycle.com

Le duo Broken Bells a lui aussi tenté l’expérience du clip interactif pour son single October. L’internaute se lance dans une sorte de voyage au coeur d’un nouvel univers spatio-temporel en images de synthèse où il influe sur le déroulement du clip au moyen de sa souris.  Le parcours que l’internaute réalise dans le clip revient presque à un parcours dans l’univers musical du groupe.

www.brokenbells.com/october/

La notion de voyage est également présente dans le clip du groupe Rome pour leur morceau 3 dreams of black. Construit en html5 et sous la direction de Chris Milk, le clip présente différents univers en 3D où l’internaute s’oriente à l’aide de sa souris. On se retrouve dans ce clip comme dans une sorte de rêve ou de jeu video, et l’intérêt de l’internaute est gardé par l’envie de découvrir la totalité de l’univers mis en place par le site.

www.ro.me.com


Le clip interactif ouvre donc la voie à une multitude de possibilités en matière d’expérimentations multimedia et musicale, mais aussi de promotion. Il permet de créer un lien personnel et unique entre la musique et l’internaute. Un point négatif cependant est que ces clips nécessitent pour la plupart une très bonne connexion internet et ne peuvent fonctionner que sur certains navigateurs comme google chrome ou safari. Malgré tout, une chose est sûre, en ces temps d’explosion d’internet, le clip interactif a de beaux jours devant lui, et la liste des clips présentés dans cet article n’est absolument pas exhaustive.

Catégorie: Notes sur le design interactif, Observatoire | Laisser un commentaire