Sürkrüt

Blog de l’atelier de Communication graphique de la HEAR

Compte rendu en bliss de la conférence de Pierre Rœsch


La version française (plus complète) se trouve dans les commentaires

Le bliss est un système d’écriture idéographique crée par Charles K. Bliss, que j’ai découvert lors de la conférence sur le pictogramme de Pierre Rœsch, il y a quelques mois.

Pour rester dans cette esprit du world without words, j’ai essayé d’écrire un compte-rendu simplifié de cette conférence en bliss (à ceux qui sauraient le lire, toute correction est la bienvenue !)

C’est aujourd’hui la Blissymbolics Communication International, organisation à but non-lucratif, qui se charge du développement et la diffusion du bliss dans le monde. Cette écriture est principalement utilisée par des personnes ayant des difficultés pour parler et apprendre.

Pour en savoir plus: http://www.blissymbolics.org/index.php/about-bci

La conférence à ré-écouter ici: http://www.hear.fr/sites/didactiquevisuelle/comment-les-pictogrammes-nous-parlent/

 

Ps: La version française de cet article (plus complète) se trouve dans les commentaires.

Catégorie: Observatoire | 1 Commentaire


Altars of madness, art contemporain & heavy metal


Le jeudi 24 novembre 18h, aura lieu à l’auditorium de la HEAR la conférence Altars of madness de Jérôme Lefèvre.

Quels liens le metal et l’art contemporain peuvent-ils entretenir ? Le public de l’art aura pu noter depuis les années 1990 un nombre croissant de références assez explicites à ce genre musical des plus singuliers. De leur côté, les amateurs du genre auront pu voir leurs groupes préférés collaborer avec des artistes visuels. Le genre lui-même, marqué par une contente évolution, a pu révéler des langages proches de l’expérimentation. L’esthétique déployée par les courants contemporains du metal et le caractère extrême de leurs langage ont marqué en profondeur une génération d’artiste.

La conférence analysera d’abord les fondements de la culture metal, puis l’évolution du genre, afin d’étudier en détail les raisons et les manières dont les artistes d’aujourd’hui se sont approprié ses codes.

Altars of madness, art contemporain & heavy metal – conférence Jérôme Lefèvre

Altars of madness, art contemporain & heavy metal – conférence Jérôme Lefèvre, affiche de Marianne Plano et Lisa Pagès

 

Jérôme Lefèvre (né en 1977) est commissaire d’exposition indépendant et critique d’art membre de l’AICA.

En tant que curateur, il a organisé plusieurs expositions parmi lesquelles Sound Games (Centre Noroit, Arras) Meanwhile in the Real World (FRAC Ile de France – Le Plateau, Paris), Pearls of the North (Palais d’Iéna, Paris), Far in Out (Triangle Bleu, Stavelot, Belgique) et Altars of Madness (Casino Luxembourg, Luxembourg, et Confort Moderne, Poitiers), ainsi que plusieurs projections de cinéma expérimental.

En tant que critique d’art, il a collaboré à de nombreuses revues comme Art Press, Archistorm, Crash et Dust Distiller ainsi qu’à de nombreuses monographies d’artistes et ouvrages thématiques publiés dans plusieurs langues.
Il est par ailleurs le fondateur de la publication monographique C.S. Journal en 2009 avec Damien Deroubaix qui a consacré ses numéros à des artistes tels qu’Élodie Lesourd, Mark Titchner aussi bien que Steven Shearer pour sa participation à la Biennale de Venise en 2011.

Jérôme Lefèvre est également conférencier et enseigne l’Histoire de l’Art à l’École Supérieure d’Art de Cambrai (ESAC), ainsi que le commissariat d’exposition à l’Institut d’Études Supérieures des Arts (IESA) à Paris.


Conférence de Jérôme Lefèvre
“Altars of madness, art contemporain & heavy metal”

Jeudi 24 novembre 2016, 18 heures
Auditorium de la Hear (Strasbourg)

 

Catégorie: Observatoire | Laisser un commentaire


Prenez les larmes, prenez-les, prenez les armes et les affiches !


Pour entamer le semestre en Communication graphique, les étudiants de troisième année ont dû créer des affiches à partir d’un entretien de Georges Didi-Huberman paru dans Libération le 2 septembre 2016 intitulé «Les larmes sont une manifestation de la puissance politique».

L’écrivain, philosophe et historien de l’art introduit son nouveau livre Peuples en larmes, peuples en armes, dans lequel il met l’accent sur la puissance politique des larmes ; il renverse la tendance avec force et justesse : de signe d’impuissance et de fragilité, elles deviennent symbole de révolte et d’affirmation. L’émotion est alors politique et historique, les larmes sont un soulèvement. Pour se faire, il s’appuie sur la tragédie du Cuirassé Potemkine, film soviétique muet de Sergueï Eisenstein, sorti en 1925. La photographie de la pleureuse sur l’article est issue de ce dernier.

libe-bd

Ainsi donc, le contenu de cet article devient support du sujet initié par Philippe Delangle et Yohanna My Nguyen, consistant à interpréter en affiches les propos de Didi-Huberman. Une affiche qui se veut intelligible et autonome dès sa première lecture.

Les règles du jeu étaient strictes : les étudiants devaient penser leurs propositions à partir d’un scan de l’article, pas de texte dactylographié, ni d’ajout iconographique donc. Pour autant, les réponses ont été diverses, tant du point de vue de l’interprétation : poétique, réflexive, engagée, révélatrice, accusatrice… que dans les formes qu’elles ont revêtues.

Par exemple, une série d’affiches implique un temps de lecture particulier : parallèle, chronologique (par une installation dans l’espace nécessitant une déambulation), ou encore à différents niveaux d’interprétation (ensemble d’affiches indépendantes qui, présentées en mosaïque se lisent simultanément).

D’autres ont privilégié un dispositif de superposition de supports imprimables afin de générer des effets graphiques. Le format papier a parfois même été détourné dans le but de faire du support un objet.

Quant à la forme papier, certains l’ont augmentée d’un dispositif interactif tantôt performatif, tantôt digital avec des formes typographiques en mouvement.

L’ensemble du travail des étudiants a investi l’espace lors d’une restitution groupée, tenue à la HEAR le 27 octobre dernier.

Catégorie: Laboratoire | Laisser un commentaire


Il y a des réalités économiques


Ola Pehrson était un artiste contemporain suédois, né en 1964 à Stockholm et mort en 2006 à Ljusdal en Suède.
Il étudie entre 1992 et 1997 à la Royal Academy of Fine Arts de Stockholm en passant en 1994 à la Hochschule der Künste à Berlin.
Auteur d’un certain nombre d’œuvres dont certaines sont interactives et mettent en parallèle une technologie face à un objet concret.

Yucca invest trading plant

Yucca Invest Trading Plant

Un exemple qui retient mon attention est « Yucca Invest Trading Plant » qui est une installation de 1999 : un yucca interprète le rôle d’un trader en réalisant des opérations boursières.

Partant du principe que chaque organisme vivant émet des impulsions électriques, Ola Pehrson a installé un dispositif d’électrodes générant des ordres d’achats et de ventes avec un logiciel qui interprète ces informations pour investir sur les marchés internationaux. Plus la plante gagne d’argent, plus elle reçoit de lumière et d’eau. À l’inverse, si elle en perd elle se retrouve sans eau et dans l’obscurité.

Ce qui est intéressant dans cette expérience, c’est que ce yucca est plus rentable que certains traders, et il n’a à ce jour généré que des bénéfices…

Catégorie: Notes sur le design interactif | Laisser un commentaire


Bot or not?


Pour célébrer les cinquante ans du premier chatbot, Eliza, une conférence performance intitulée BOT OR NOT? aura lieu ce jeudi 10 novembre, à 19 h au Goethe Institut à Paris.

tomy-chatbot

Il y a 50 ans, les humains parlaient pour la première fois avec un ordinateur en langage naturel. Eliza est l’ancêtre des « chatbots » contemporains et des assistants virtuels qui envahissent nos services de messagerie. À mesure que progresse l’intelligence artificielle et que le conversationnel s’automatise, il devient difficile de distinguer les robots des humains.

Dans le prolongement de la recherche sur les identités numériques entamée lors du projet Streaming Egos, la soirée « Bot or not » rassemble conférenciers algorithmiques et humains autour d’une table ronde, afin d’explorer cette hybridation en cours.

La conférence-performance emprunte l’un des plus anciens protocoles de chat, l’IRC (Internet Relay Chat). Une soirée sur l’éloquence des chatbots, l’intelligence artificielle et la puissance des algorithmes.

Avec Jeff Guess, Marie Lechner (qui interviendra sous forme de conférence à la HEAR en mars 2017), Nicolas Maigret, RYBN, Maria Roszkowska, Gwenola Wagon, Algolit, Fleury-Fontaine, Emmanuel Guez, Vincent Bonnefille, Eliza et d’autres intervenants en chair et en bot. 

Cette conférence est en lien avec le projet Haunted by Algorithms auquel participent les étudiants de 3e année Communication graphique.

https://www.goethe.de/ins/fr/fr/sta/par/ver.cfm?fuseaction=events.detail&event_id=20853400


Jeudi 10 novembre 2016, à partir de 19h00
Goethe-Institut Paris
17, avenue d’Iéna – 75116 Paris

Catégorie: Observatoire | Laisser un commentaire